Revenir en arrière 29/04/2016 - afghanistanKaboulmaternitémaison des enfants

Kaboul : maternité et pavillon des enfants

La Chaîne de l’Espoir reste présente et mobilisée pour les mères et enfants afghans.

Dernières nouvelles de Kaboul

Contexte et état de la santé maternelle

Marqué par la guerre et l’instabilité politique depuis plus de quarante ans, l’Afghanistan est un des pays qui enregistre, à l’échelle mondiale, les plus mauvais scores en matière de santé et de mortalité infantile et maternelle.

Des progrès manifestes

Selon les toutes dernières études concernant la santé reproductive, néonatale, maternelle et infantile, l’Afghanistan serait sur la voie du progrès. En effet, selon les conclusions de l’étude publiée dans le Lancet Global Health et qui se base sur les données de l’année 2015, la mortalité maternelle aurait chuté de 64% et la mortalité infantile de 29%.

Les taux d’accouchements en établissement hospitalier, de femmes ayant recours à un suivi prénatal et de professionnels qualifiés à la naissance ont plus que triplé depuis 2003. Les taux d’immunisation de l’enfant ont également augmenté significativement.

En outre, il y a eu des avancées majeures au niveau des facteurs sociaux de santé comme l’augmentation de l’accès à l’éducation pour les femmes, la réduction de l’insécurité alimentaire et la réduction du retard de croissance des enfants (30%).

De grandes faiblesses subsistent en Afghanistan

Malgré ces avancées notables, on observe de grandes inégalités entre populations locales dans l’accès aux soins de santé. Inégalités entre riches et pauvres et entre urbains et ruraux notamment.

D’autre part, l’Afghanistan reste dépendant des donateurs ce qui soulève la question de la pérennité de ces améliorations sanitaires constatées.

Enfin, malgré la constatation d’un système immunitaire plus résistant chez l’enfant, la pneumonie et les maladies diarrhéiques restent des pathologies dévastatrices chez les très jeunes enfants, elles sont respectivement responsables de 28% et 20% des décès chez les enfants afghans.

L’ouverture de la maternité

Après plus de 10 ans de présence en Afghanistan, La Chaîne de l’Espoir, avec le soutien de l’Agence Française de Développement et en collaboration avec le Réseau de Développement Aga Khan, a doté son hôpital, l’Institut Médical Français pour l’Enfant, d’un service de gynécologie-obstétrique et de néonatologie en septembre 2016.

Ce nouveau pôle Mère-Enfant, extension de l’IMFE est le seul centre spécialisé dans les grossesses à risque et à complication en Afghanistan. Il a pour vocation de permettre aux futures mamans, aux femmes atteintes de pathologies gynécologiques et aux nouveaux nés en situation critique d’être pris en charge.

La Chaîne de l’Espoir aura pour rôle de former et d’accompagner les équipes médicales jusqu’à leur complète autonomie.

Mercredi 7 septembre 2016, le Pôle Mère-Enfant accueillait les premières consultations de gynécologie et obtétrique. >> En savoir plus.

En savoir plus

Le Pavillon des enfants

Depuis 2008, La Chaîne de l’Espoir aménageait et équipait La Maison des Enfants Afghans dont l’objectif est de donner accès aux soins médicochirurgicaux aux enfants indigents des provinces éloignées par une prise en charge médicale et sociale.

Arrivée à saturation, une nouvelle Maison des Enfants a ouvert ses portes le 8 août dernier. >> En savoir plus.

Parallèlement à l’accueil des enfants, elle prendra en charge les femmes et les jeunes mamans démunies nécessitant des soins gynéco au Pôle Mère-Enfant.

En savoir plus

Cérémonie de remise de diplôme à Kaboul

La première promotion de diplômés à l’Institut Médical Français pour l’Enfant (IMFE).

Après 4 ans de formation au sein de l’IMFE, les 6 premiers étudiants Afghans du programme « Postgraduate Medical Education » (PGME) ont été diplômés le 12 mars 2016 à Kaboul. Cette cérémonie de remise de diplôme restera gravée à jamais dans la mémoire de beaucoup d’Afghans et de La Chaîne de l’Espoir, journée qui représente un nouveau souffle de vie pour l’Afghanistan et de l’espoir pour sa population.

Ouvert en avril 2012, le programme de formation PGME a été créé pour permettre aux médecins Afghans d’acquérir de nouvelles qualifications en pédiatrie, chirurgie, cardiologie et orthopédie pédiatrique, radiologie, et anesthésie. Depuis plus de 10 ans, La Chaîne de l’Espoir s’est engagée dans l’amélioration de la qualité des soins et l’autonomisation des équipes Afghanes afin d’offrir à la population des soins de haute qualité. 

En 2017, 14 internes seront diplômés dont trois femmes qui vont se voir remettre leurs diplômes de spécialisation en chirurgie pédiatrique et pathologie clinique.