Revenir en arrière 08/06/2021 - enfantLibanappel à don

Le cœur malade de Bessam ne peut plus attendre

Bessam a 7 ans et vit à Tripoli au Liban. Alors qu’il avait été ausculté en 2019 dans l’une des structures médicales mises en place par La Chaîne de l’Espoir, la crise Covid-19 et les drames qui ont touché Beyrouth ont malheureusement bousculé toutes les démarches pour lui venir en aide… La nécessité de sauver la vie de Bessam est aujourd’hui plus pressante que jamais.

LE CONTEXTE AU LIBAN A EMPIRÉ LA SITUATION

Bessam aurait dû être opéré très vite de son cœur malade, mais tout s’est ligué contre lui pour retarder cette intervention. La crise de la Covid-19 a obligé des hôpitaux à retarder des actes chirurgicaux pourtant indispensables. L’explosion dans le port de Beyrouth a amplifié la situation déjà catastrophique du pays. L’économie s’est effondrée, l’inflation est galopante, certains salaires ont été divisés par 10, des infirmières ne sont plus payées, des médecins sont obligés d’aller à l’étranger pour survivre…

UN TROU DANS LE CŒUR

Alors, dans ce monde de désolation, la poursuite des soins de Bessam était devenue impossible. Presque 2 ans se sont écoulés… et c’est beaucoup trop pour son cœur qui dysfonctionne ! Heureusement, la maman de Bessam est revenue en consultation avec son fils. Mais hélas, comme les examens l’ont démontré, le mal s’est aggravé.  Il est très essoufflé, respire avec grande difficulté… Bessam souffre d’une malformation cardiaque de naissance, « une communication interauriculaire ». Ce qui signifie, qu’il a, en quelque sorte, un trou dans le cœur. Pour une bonne circulation du sang, les deux oreillettes du cœur sont séparées par une cloison étanche. Chez Bessam, la cloison est incomplète, en conséquence la partie droite de l’organe s’épuise sous la surcharge de travail. Il faut intervenir immédiatement.

L’INTERVENTION QUI POURRA LUI SAUVER LA VIE

Heureusement, le Professeur Victor Jebara, chirurgien cardiaque formé à Paris pourra opérer Bessam. Lui et son équipe fermeront la cloison entre les oreillettes en plaçant un patch sur l’orifice. La circulation sanguine sera ainsi immédiatement rétablie et dans son parcours et dans son flux.

Une intervention comme celle-ci a un coût incompressible de 4 000 €.

Mais les parents de Bessam ne peuvent pas payer les frais d’une telle intervention, le père est peintre en bâtiment, la maman fait des ménages, et en ce moment, le travail se fait rare.

BESSAM A BESOIN DE VOTRE AIDE

Grâce à votre générosité, l’impossible s’accomplira au Liban. Avec vous, nous resterons présents partout où des enfants ont besoin de nous. Merci. 

JE FAIS UN DON