Revenir en arrière - chaine de l'espoirprojets 2017perspectivesobjectifs2017

Nos projets 2017

2017, une année riche en projets

Construire

Face à un monde à l’équilibre fragile et précaire, La Chaîne de l’Espoir construit des bases solides et pérennes pour venir en aide aux enfants malades et vulnérables. C’est pourquoi de nombreux chantiers arriveront à terme en 2017.

Pour compléter l’ouverture du Centre Cardio-pédiatrique CUOMO à Dakar, un Pavillon des Enfants, attenant au nouveau centre, verra le jour au printemps, permettant aux enfants venant de la sous-région ouest-africaine d’être accueillis le temps de leurs soins et convalescence.

Non loin de là, un nouveau projet de construction prendra forme au Mali, où l’Unité de chirurgie cardio-pédiatrique André Festoc, bâtie au sein de la clinique du Luxembourg, sortira de terre fin 2017 pour que les jeunes Maliens puissent bénéficier de soins chirurgicaux adaptés.

Enfin, dans une autre partie du globe en proie aux conflits et à la destruction, un bloc opératoire pour la chirurgie générale d’urgence a été remis sur pieds à Rabbia (Kurdistan irakien) pour soigner les nombreux réfugiés Syriens et Irakiens vivant sur place.

Former

L’accompagnement d’équipes médico-chirurgicales locales est une étape essentielle au fonctionnement de ces nouvelles constructions.

Ainsi, en vue de l’ouverture de l’Unité de chirurgie cardio-pédiatrique André Festoc à Bamako, la future équipe médico-chirurgicale s’envolera au printemps pour l’hôpital Viên Tim d’Hô Chi Minh Ville au Vietnam pour y être formée comme l’équipe sénégalaise l’avait été en 2016.

Dans cette même région, les missions de formation dans le cadre de l’appui au Diplôme d’Etudes Spécialisées de Chirurgie Pédiatrique (DES) en Afrique de l’Ouest se poursuivront afin de renforcer la formation de la future génération de chirurgiens et médecins locaux.

En Côte d’Ivoire, La Chaîne de l’Espoir s’est engagée à accompagner la formation du personnel du futur Hôpital Mère-Enfant de Bingerville où les premières opérations auront lieu en décembre.

En Afghanistan, la deuxième promotion d’étudiants du Post Graduate Medical Education (PGME) s’apprête à recevoir son diplôme en mars. Deux femmes figurent parmi les diplômés, grand pas en avant dans ce pays où peu de femmes ont accès à la formation.

Enfin, toujours dans l’optique de transférer les compétences médicales aux personnels locaux, La Chaîne du Savoir lancera en mai son programme ECHOES, plateforme de formation à l’échocardiographie à distance et en direct.

Soigner / Missions

Au cœur de toutes ses missions, un objectif persiste : soigner.

Au Burkina Faso, deux missions de chirurgie réparatrice du visage seront reconduites comme chaque année, comprenant un plan de lutte contre le fléau du Noma, gangrène du visage dévastatrice pour les patients concernés.

Au Togo, les missions itinérantes se poursuivront sur le territoire et un projet de prise en charge des sténoses caustiques sera mis en place.

En Iran et au Bangladesh, la collaboration avec nos partenaires locaux se poursuit pour opérer les patients atteints de pathologies orthopédiques et viscérales.

Enfin, une attention particulière sera portée aux enfants syriens réfugiés en Jordanie par l’envoi de missions de chirurgie cardiaque et orthopédique, ainsi qu’au Liban où La Chaîne de l’Espoir prévoit également d’apporter son expertise médico-chirurgicale pour les nombreux réfugiés syriens.

Eduquer

Donner une chance de vivre dignement à un enfant, c’est aussi lui permettre d’aller à l’école et ainsi de lui ouvrir des portes sur un avenir meilleur.

En Inde, les projets de scolarisation des fillettes et d’autonomisation des mères seront approfondis et élargis à un plus grand nombre, tout comme celui de la clinique mobile offrant un accès aux soins primaires à une population isolée.

Frontalier de l’Inde, le Népal continuera à figurer parmi les pays soutenus par La Chaîne de l’Espoir. La mise en place d’un volet médical pour les enfants des rues accueillis au sein des centres dirigés par le partenaire local Children Protection Centers and Services (CPCS) sera développée.

Enfin à Haïti, durement frappée en octobre 2016, la poursuite de la réhabilitation des écoles dévastées de la commune des Abricots est une des priorités de l’année. Avec l’aide d’une pédiatre ayant fait un état des lieux des écoles suite à l’ouragan, La Chaîne de l’Espoir s’apprête à mener pour la première fois sur l’île un projet pilote de santé scolaire, permettant aux quelques 1200 enfants bénéficiaires de nos programmes de scolarisation d’être suivis médicalement (ophtalmologie, ORL…).