Laos : Chirurgie pédiatrique viscérale

Coordinatrice programme : Jennifer Navarro

Le Laos a un taux de mortalité infantile élevé avec 51 décès pour 1000 naissances. Ce taux est le plus élevé d’Asie du Sud Est.

>> Je soutiens le programme Laos

Une grande majorité de la population laotienne vit en dessous du seuil de pauvreté. Cette situation est lourde de conséquences sur l’accès des enfants à leurs droits fondamentaux, tels que le droit à la santé. De nombreux facteurs contribuent à l’inaccessibilité des soins dont les enfants ont besoin tels que le manque d’infrastructure, le manque de moyen pour payer les soins ou encore la faible connaissance en chirurgie pédiatrique.

Face à ce constat, les autorités facultaires de Vientiane ont lancé un appel à l’aide auquel La Chaîne de l’Espoir a décidé de répondre en 2011 par la mise en place d’un programme d’appui à la chirurgie pédiatrique.

Objectifs : 

  • Prendre en charge et opérer des enfants défavorisés.
  • Participer au développement durable du système de santé du pays sur le long terme par de la formation des personnels locaux en chirurgie pédiatrique viscérale.
  • Contribuer à la formation à la chirurgie pédiatrique de plusieurs chirurgiens généralistes.

Activités :

En 2011, une mission exploratoire est réalisée afin de faire l’inventaire des moyens disponibles pour la pratique de la chirurgie pédiatrique et rencontrer les autorités universitaires et sanitaires. Suite à cette mission, une collaboration est mise en place entre La Chaîne de l’Espoir, Amitié-Coopération France Laos et Soigner les Enfants du Monde pour aider au développement de la chirurgie pédiatrique au Laos.

Les premières missions chirurgicales se sont déroulées à l’hôpital Provincial de Thakhek, au sud du Laos. Puis, l’action s’est concentrée sur Vientiane, la capitale, au sein des hôpitaux universitaires Mahosot et Children’s Hospital.

  • 4 missions sont organisées chaque année à Vientiane. Menées par une équipe de chirurgiens pédiatres et d’anesthésistes de La Chaîne de l’Espoir, elles permettent d’opérer environ 20 enfants par mission.
  • Formation au bloc opératoire sous la forme de compagnonnage.
  • Enseignement de cours pratiques par les chirurgiens et les médecins anesthésistes de la Chaîne de l’Espoir. Le personnel local formé assurera le relais de l’enseignement.
  • Au fil des missions, les équipes de La Chaîne de l’Espoir ont pu apprécier les progrès des équipes locales qui maîtrisent désormais les techniques courantes de chirurgie digestive. Une amélioration de la prise en charge post opératoire a également été notée. Néanmoins, le transfert de compétences pour les opérations plus complexes doit être poursuivi. Les équipes vont également appuyer le lancement de la coeliochirurgie.