Revenir en arrière 09/10/2019 - enfantsenfantsiamoisesbébés siamoisessoeurs siamoises

Sauvons les sœurs siamoises

Bissie et Eyenga, 11 mois, sont accolées par l’abdomen

À Ayos, dans le centre du Cameroun, Mayah a vécu un accouchement long et douloureux… N’ayant bénéficié d’aucun suivi pendant sa grossesse, l’équipe médicale ne pouvait pas prévoir ce qui allait se passer : Mayah a mis au monde 2 bébés… des sœurs siamoises, unies au niveau du foie et de la base du thorax. Malgré la complexité de la situation, la jeune maman et ses 2 petites jumelles, Bissie et Eyenga, ont survécu ! 

Mais en Afrique, cette naissance est synonyme d’une malédiction. Certains pensent même qu’il s’agit de l’œuvre du diable. Face à ces rumeurs et à la stigmatisation ambiante, la mère a dû fuir son village natal avec ses deux filles, pour se réfugier à Yaoundé, capitale du Cameroun située à 140 kilomètres de chez elle.

A Yaoundé, on surveille l’évolution des sœurs siamoises

Cela fait près d’un an maintenant que Mayah et ses 2 petites filles vivent à l’hôpital de Yaoundé. Sur place, les sœurs siamoises sont prises en charge par le Dr Faustin Mouafo et sont étroitement surveillées, mais aucune opération ne peut être envisagée… Or, les jumelles siamoises ne pourront pas survivre ainsi. Il est impératif de les séparer par une intervention chirurgicale très complexe.

Seule une opération en France pourra sauver la vie de ces fillettes

Sachant qu’une intervention chirurgicale est impossible à Yaoundé, le Dr Mouafo a appelé son mentor en France, le Pr Pierre-Yves Mure, chirurgien pédiatrique aux Hospices Civils de Lyon, engagé depuis des années auprès de la population Camerounaise. Le Pr Mure a répondu à cet appel : profitant de sa présence au Cameroun quelques jours plus tard, il a vu en consultation les 2 sœurs. Après un scanner, il a constaté une forme favorable pour séparer les deux siamoises.

Pour sauver Bissie et Eyenga, une chaîne de solidarité s’est mise en place : les Hospices Civils de Lyon mettent à disposition leur infrastructure, le gouvernement camerounais participe au financement ; de notre côté, à La Chaîne de l’Espoir, nous organisons le transport et une famille d’accueil attend Mayah et ses filles en France… Nous nous sommes aussi engagés à cofinancer les soins. Seulement le coût de cette opération est très important et nous avons besoin de votre aide pour que les 2 enfants puissent être opérées en France.

Merci à vous, de faire partie de cette Chaîne de l’Espoir !

>> Faire un don pour sauver Bissie et Eyenga