Revenir en arrière 07/09/2020 - enfantappel à donarun

Tous ensemble pour sauver Arun

La téléconsultation révolutionne la médecine !

Dans une grande pièce les rideaux sont tirés pour mieux voir l’écran. Les professeurs Daniel Sidi et Alain Deloche observent l’échographie de près. Le Dr Chiour manie la sonde à ultrason, la manette de l’échographe pour fouiller le thorax du petit garçon. Ce petit patient ausculté c’est Arun, il n’a que 18 mois. Après quelques réglages, le mal apparait : une persistance du canal artériel. Cette anomalie de naissance explique l’intense fatigue du petit garçon et sa croissance contrariée. Cet enfant a besoin de soins urgents. Grâce aux images très nettes de l’échographie, le Pr Daniel Sidi et le Pr Alain Deloche doivent prendre immédiatement les deux décisions qui pourront sauver Arun.

  • D’abord, l’enfant doit être opéré de sa persistance du canal artériel. Ce canal, qui aurait dû se fermer au premier cri, est resté ouvert, précipitant le sang dans une mauvaise direction.
  • Ensuite, concernant la malformation de sa valve aortique, le Pr Sidi l’affirme : le rétrécissement n’est pas assez serré pour le corriger. Il faudra seulement surveiller l’enfant dans les années à venir pour être certain que le rétrécissement ne s’aggrave pas, faute de quoi une intervention chirurgicale sera nécessaire.

Contrairement aux apparences, le petit Arun et le Dr Chiour sont à Phnom Penh. Quant aux Professeurs Sidi et Deloche, ils sont à Paris… 10 000 kilomètres les séparent de leur jeune patient ! Grâce à la télémédecine et au programme Echoes, développé depuis de nombreuses années à La Chaîne de l’Espoir, le cœur d’Arun a été examiné avec précision.

La vie d’Arun est menacée

Arun, l’enfant pauvre venu du village de Poban, a bénéficié de ce que la science et la technique ont de plus moderne, de plus précis, de plus efficace grâce à cette consultation à distance.

Mais maintenant, il faut opérer Arun. Il pourra être opéré dans l’Hôpital du cœur de Phnom Penh par l’équipe chirurgicale locale formée par La Chaîne de l’Espoir.

Une opération qui a un coût, 2 500 euros, une somme que le père du petit garçon, ouvrier dans la construction, ne peut pas même imaginer. Il ne gagne que l’équivalent de 8 euros pour chaque jour de travail… Alors, comment peut-il sauver son fils unique ?

Tous ensemble, formons une chaîne de solidarité, et nous pourrons opérer Arun au plus vite.

>> Je fais un don pour Arun