Liban : Chirurgie cardiaque et orthopédique

Coordination : Dana SEBAALY (Liban), Élise CHAUDRON (siège)

Les actions de La Chaîne de l’Espoir au Liban ont débuté en 2012 en partenariat avec l’association Chaîne de l’Espoir Liban HEART BEAT en faveur des enfants réfugiés irakiens et syriens au Liban atteints de cardiopathies. Depuis décembre 2016, La Chaîne de l’Espoir a également lancé un programme en chirurgie orthopédique avec l’association URDA.

>> Je soutiens le programme Liban

Objectifs :

  • Opérer des enfants souffrant de cardiopathies congénitales.
  • Opérer des enfants souffrant de pathologie congénitale d’ordre orthopédique.

Activités : 

Chirurgie cardiaque

  • La Chaîne de l’Espoir apporte un soutien financier à l’association La Chaîne de l’Espoir Liban HEART BEAT à l’hôpital Hôtel-Dieu de France à Beyrouth connu pour l’excellence de ses services.
  • HEART BEAT peut ainsi prendre en charge les opérations à cœur ouvert et les interventions par cathéter dont ont besoin des enfants réfugiés atteints de cardiopathies et vivant au Liban.
  • Entre 2012 et 2016, ce partenariat a permis d’opérer plus de 140 enfants.

Chirurgie orthopédique

  • Le Liban vit actuellement la pire crise économique de son histoire, aggravée par une crise politique, sanitaire et sociale. Quelques mois après les deux explosions dévastatrices du 4 août 2020 au port de Beyrouth qui ont fait 207 morts, plus de 6 500 blessés et endommagé de nombreuses infrastructures, parmi lesquelles des hôpitaux, des centres de santé et des écoles, la situation n’a fait qu’empirer. Des dizaines de milliers de Libanais ont perdu leurs emplois ou ont subi des coupes de salaires. La monnaie nationale est en chute libre de même que le pouvoir d'achat. La moitié des Libanais ont basculé sous le seuil de pauvreté. Aujourd’hui, le principal obstacle à l'accès aux services de soins de santé parmi les populations vulnérables est le coût des traitements. Les Libanais adhérents à des organismes de remboursement comme la Caisse Nationale de Sécurité Sociale doivent payer des restes à charge exorbitants par rapport à leurs revenus et sont par conséquent dans l’impossibilité de pouvoir financer leur traitement médical ou chirurgical.
    C’est la situation dans laquelle s’est retrouvée la famille du petit Farid, né le 10 juillet 2020 avec une Affection Congénitale Orthopédique (ACO), le pied-bot varus équin bilatéral sévère qui, en l’absence de traitement, peut être à l’origine d’incapacités à long terme ayant des répercussions importantes sur l’enfant et sa famille : handicap, exclusion sociale, scolaire et professionnelle.

    Amir*, le père du bébé, travaille en tant qu’électricien et musicien à Beyrouth, deux domaines fortement affectés par la crise. Seul revenu de la famille, comme la plupart des Libanais, la crise économique l’a fait basculer dans une situation précaire. Le peu de revenus qu’il possédait a permis à la famille de financer le traitement conservateur (non chirurgical) de Farid par la pose de plâtres successifs dès l’âge de 20 jours. Cependant, ce traitement fut un échec, la chirurgie restait la seule solution pour traiter l’affection du bébé et contribuer à l’amélioration de sa qualité de vie à long terme, prévenant ainsi un handicap à vie.  Le père, épuisé financièrement par le coût de ce traitement initial, n’était plus en capacité de payer la chirurgie du nouveau-né.
    C’est dans ce cadre que leur chirurgien les a dirigés vers La Chaîne de l’Espoir qui, grâce au financement du Centre de Crise et de Soutien (CDCS) du Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères, a pu financer la prise en charge de l’enfant au sein de son hôpital partenaire, l’hôpital du Sacré-Cœur de Beyrouth. Le 6 novembre 2020, le pied-bot du petit Farid fut opéré avec succès par une ténotomie bilatérale du tendon d’Achille, un allongement des fléchisseurs et une libération de la capsule interne.
    Aujourd’hui, 6 mois après l’opération, l’enfant se porte très bien et son varus équin est réduit. Il devra porter des attelles jusqu’à l’âge de 1 an et demi pour éviter toute rechute. L’intervention des équipes de La Chaîne de l’Espoir a permis d’offrir à Farid l’espoir d’une vie meilleure et la possibilité de grandir normalement.
    *nom d’emprunt
  • Suite à une évaluation des besoins effectuée par ses équipes, La Chaîne de l’Espoir a lancé en décembre 2016 un nouveau programme portant sur la chirurgie orthopédique pédiatrique. Ce programme s’adresse aux enfants les plus vulnérables du Liban (réfugiés et libanais) qui souffrent de malformations congénitales car celles-ci ne sont pas prises en charge par le système de santé. Il est mis en œuvre en étroite collaboration avec l’association libanaise Union of Relief and Development Associations (URDA) qui effectue l’identification, la sélection, l’accompagnement, l’orientation et le suivi post-opératoire des patients.
  • Depuis mi-avril 2017, près d’une dizaine d’opérations ont lieu chaque semaine dans deux hôpitaux, l’un à Beyrouth, l’autre à Shtoura (vallée de la Bekaa), tous deux sélectionnés pour la qualité de ses services.
  • Avec 1 réfugié pour 3 habitants, le Liban est le pays qui rassemble la plus grande concentration de réfugiés par habitant et la 4ème plus grande population de réfugiés au monde. L’accès aux soins est compromis par un système de santé majoritairement privé et des honoraires trop élevés pour les réfugiés comme pour les 1,5 million de Libanais considérés comme « vulnérables ». Les difficultés d’accès aux soins sont exacerbées par la profonde crise économique, politique et sociale qui secoue le pays depuis octobre 2019.

En 2019, La Chaîne de l’Espoir a donné accès à des centaines d’enfants vulnérables vivant avec une affection congénitale orthopédique à des consultations spécialisées qui ont donné lieu à 53 opérations.

La Chaîne de l’Espoir a également lancé un volet pour la détection précoce des malformations orthopédiques les plus courantes afin de prévenir le développement de handicaps et réduire les frais de santé : 176 enfants ont ainsi fait l’objet d’un examen de dépistage et 11 ont pu être traités avec des méthodes non-invasives. De plus, 93 personnes ont participé à des séances d’information sur le dépistage précoce et le traitement des affections congénitales orthopédiques.

Toutes ces réalisations ont été rendues possibles par une proche collaboration avec l’association libanaise Union of Relief & Development Associations (URDA) et les Hôpitaux du Sacré-Cœur de Beyrouth et de Shtoura dans la vallée de la Bekaa.

La Chaîne de l’Espoir bénéficie de l’appui du Centre de Crise et de Soutien (CDCS) pour le projet "Urgence Beyrouth" suite à la double explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020. Ce projet court jusqu'à fin décembre 2021.

La Chaîne de l'Espoir bénéficie aussi du soutien de l'Agence Française de Développement (AFD) pour la prise en charge des affections congénitales orthopédiques. Ce projet de développement est d'une durée de 3 ans allant de mars 2021 à février 2024.

La Chaîne de l'Espoir bénéficie enfin de l'appui du Conseil Régional Île-de-France pour la prise en charge de chirurgies orthopédiques. Cet appui court jusqu'à fin décembre 2021.

 

>> Découvrez notre dossier spécial "Enfants de Syrie"

Titre: Nos actions au Liban : Chirurgie cardiaque et orthopédique